Présentation de la formation

Le centre de formation de musiciens intervenants de Poitiers est rattaché à l’Université de Poitiers, il en est une composante autonome sur le plan financier, artistique et pédagogique.
C’est un département de l’UFR de Sciences humaines et arts.
Le CFMI est sous la double tutelle du Ministère de la Culture et du Ministère de l’Éducation Nationale et fait partie d’un réseau national composé de 9 CFMI.
Celui de Poitiers concerne les régions Poitou-Charentes, Pays de la Loire, Limousin et le nord de la région Aquitaine, mais il accueille des étudiants venant d’autres régions.
Le CFMI de Poitiers a la particularité d’être désigné par le Ministère de la Culture pour former des musiciens intervenants dans les DOM-TOM : le CFMI mène ou a mené des projets à l’Ile de La Réunion, aux Antilles Francaises, en Nouvelle-Calédonie.

Sur le plan artistique et pédagogique, le CFMI de l’Université de Poitiers développe un projet de formation centré sur l’interaction entre la tradition orale ( musique traditionnelle ) et les musiques improvisées pour une pédagogie vivante se basant sur des pratiques musicales collectives où le « faire » et le « savoir-faire » sont privilégiés.
Par ailleurs, d’autres approches et esthétiques musicales sont présentes et l’ « invention » tient une place prépondérante dans la formation.

La formation associe de façon dynamique l’expérimentation pratique du métier, le développement du sens créatif et de la curiosité individuelle, et l’acquisition de connaissances . Elle s’étend sur deux ans avec un volume horaire total se situant entre 1 500 et 1700 heures soit 27heures par semaine.
Le contenu riche de la formation et l’emploi du temps conséquent rendent très difficile le maintien d’une activité professionnelle en parallèle avec la formation. Les diverses aides publiques et dispositifs de formation continue peuvent venir en aide (sous certaines conditions) aux étudiants qui sont dans cette situation. Le moment de rencontre des tests permet d’envisager ces questions.

 

La formation est structurée en 8 modules organisés autour de 3 axes :

  • la formation du musicien ( pratiques vocales et instrumentales, invention musicale )
  • la formation de l’intervenant ( pratiques professionnelles )
  • la formation de l’agent culturel territorial ( culture musicale, pédagogique et professionnelle )

 

1/ La formation du musicien

Elle a pour but d’approfondir, de diversifier les pratiques vocales et instrumentales – l’accent est mis sur les musiques traditionnelles et les musiques improvisées – , de préparer à la direction de pratiques collectives, de développer l’invention, l’ouverture artistique et le sens critique. Les compétences artistiques sont les bases nécessaires au métier de musicien intervenant.
3 Modules de pratiques musicales :
  • Pratiques instrumentales : musiques improvisées, musiques traditionnelles, musiques contemporaines .
  • Pratiques vocales et corporelles : chant traditionnel, pratiques vocales collectives, improvisation vocale, technique vocale, chant choral, danse traditionnelle.
  • Invention musicale : spectacle jeune public, arrangements, création / invention.

 

2/ La formation de l’intervenant

Elle a pour but la construction de compétences permettant de concevoir, négocier, réaliser, évaluer des projets musicaux en partenariat, favorisant l’ouverture esthétique, la pratique artistique à l’école comme lieu de culture, la conduite d’activités sur un territoire en prenant en compte et en valorisant l’existant.
2 Modules de pratiques professionnelles :
  • Pratiques musicales à l’école : l’invention, l’écoute, le codage
  • Pratiques musicales hors école : petite enfance, éducation spécialisée, écoles de musique, pratiques amateurs, diffusion.

 

3/ La formation de l’agent culturel territorial

Elle a pour but de donner une culture musicale diversifiée – l’accent est mis sur les traditions orales, un séjour d’étude est effectué dans les DOM-TOM ou à l’étranger – , une culture pédagogique vivante et inventive, une culture du partenariat et de la pédagogie de projet.
La réalisation d’un mémoire en deuxième année permet d’approfondir des thématiques liées au métier de musicien intervenant, et donc de sensibiliser aux enjeux socioculturels actuels de notre pays, ceux de l’égalité d’accès de tous à la culture.
Modules de culture professionnelle : Culture musicale : voyage d’étude, tradition orale, stages de terrain, rencontres avec des artistes, liens musiques orales/musiques écrites/musiques improvisées.
Culture professionnelle : transversalité et partenariat à l’école, préparation de projets en partenariat, connaissance du milieu d’exercice, le métier de musicien intervenant, politiques culturelles locales, réalisation d’un mémoire.
Culture pédagogique : sciences de l’éducation, psychopédagogie, psychologie de l’enfant.

 

4/ Les différentes modalités de formation au DUMI

L’Université de Poitiers et la DRAC Poitou-Charentes ont choisi de développer un Pôle Universitaire Musique avec l’ouverture d’un tout nouveau bâtiment de 1 300 m2 dédié aux formations supérieures musicales basées sur une collaboration entre 3 différentes structures ( CFMI, Centre d’Etudes Supérieures Musique et Danse ( CESMD ), Musicologie).
Cette mise en relations et en synergies des formations de musique existantes pour arriver à une offre de formations supérieures musicales originale et riche fait de Poitiers un pôle attractif sur le plan national.
Il s’agit de proposer des modalités de parcours croisés :
  • des formations aux parcours spécifiques :
  • licence mention musique (Musicologie)
  • formation au DUMI (CFMI)
  • formation au DE (CESMD)
  • des formations associées :
  • formation associée au DNSPM et à la licence option musique (CESMD – Musicologie)
  • parcours associé DUMI/DE et DE/DUMI (CFMI- CESMD)
de nouvelles articulations :
  • La licence mention musique associée à la formation au DUMI (CFMI – Musicologie)
  • La licence mention musique associée à la formation au DE musique (CESMD – Musicologie)
La formation spécifique au DUMI :
  • en formation initiale sur 2 années : destinée aux étudiants dans la suite de leur parcours d’études (étudiants justifiants de 2 années d’études supérieures) et aux personnes en reprise d’études bénéficiant d’un congé formation
  • en formation continue diplômante sur 3 années : destinée aux personnes déjà en activité professionnelle et partageant leur temps entre temps de formation au CFMI et temps d’activité sur le terrain
La formation associée DUMI/DE et DE/DUMI :

Les 2 centres de formation professionnelle artistique supérieure de Poitiers, le CESMD d’une part et le CFMI de l’Université d’autre part, ont décidé de proposer à tous les titulaires d’un DE ou d’un DUMI obtenu dans le cadre de la formation dispensée en France, de pouvoir obtenir l’autre diplôme dans le cadre d’une formation « associée ».
Cette proposition de formation prend tout son sens concernant les enjeux actuels de l’éducation artistique et de l’enseignement spécialisé tels qu’imaginés dans les textes de loi d’août 2004. Par ailleurs, une bonne insertion professionnelle des étudiants, une meilleure démocratisation de l’accès aux pratiques artistiques du plus grand nombre, le développement de projets territoriaux d’éducation artistique s’appuyant sur des professionnels implantés sur ces territoires, polyvalents, prenant en charge diverses activités (pratiques amateurs, milieu scolaire, enseignement spécialisé, invention, interprétation, diversité des esthétiques et des pratiques), tous ces éléments plaident en faveur d’un profil de professionnel de terrain à la double compétence DUMI/DE ou DE/DUMI.
Il vise principalement les musiciens issus de la musique traditionnelle et des musiques actuelles (accompagnement des pratiques amateurs, importance de l’oralité, forts liens entre tradition et création, entre culture et territoire), les enseignants de formation musicale (pratiques collectives vocales et instrumentales, ouverture du champ esthétique, nécessité du « faire » plutôt que du « théorique »), mais les artistes enseignants instrumentistes et chanteurs des disciplines « classiques » ont également toute leur place dans cette proposition, notamment ceux dont l’instrument permet difficilement de trouver un poste à temps complet sur un territoire.

Après l’obtention du DE au CESMD, la formation au DUMI se fait en 1 an au CFMI, après tests d’entrée; après l’obtention du DUMI au CFMI, la formation au DE se fait en 1 an au CESMD, après tests d’entrée.

La formation articulant DUMI et Licence de musique :
Le parcours des étudiants de l’articulation Dumi/Licence se décomposera en deux temps :

  • Un temps d’études dans la licence mention musique parcours général (1 ou 2 années selon les cas, inscription en Musicologie) : lors de ce temps d’études, tous les étudiants suivent déjà des cours de « détermination » au CFMI
  • Un temps de formation au CFMI de 2 années articulée à la poursuite de la licence (inscription à la fois en Musicologie et au CFMI) : validation complète des années de L1 et L2 de musique, admission dans la formation au DUMI suite aux tests d’entrée
Le DUMI par Validation d’Acquis Professionnels (VAE)
Les modalités sont les suivantes :
1ère étape

  • Dossier de faisabilité
  • Evaluation des compétences artistiques (vocales, instrumentales, improvisation, commentaires d’écoute) et entretien

Le jury détermine si il y a lieu ou non de mettre en place le dispositif de VAE
2ème étape (si réussite de la 1ère)

  • Constitution d’un dossier type « mémoire »
  • évaluation des compétences professionnelles en école primaire et entretien avec un jury de professionnels
  • entretien terminal avec le « grand jury » de toutes les VAE à l’Université