Un métier, un diplôme

Vous êtes musicien, vous souhaitez exercer un métier qui consiste à transmettre et partager la musique avec des enfants, des jeunes ou des adultes.
Artiste musicien intervenant peut être un métier pour vous, et les études supérieures formant à cette profession existent.

1 / Les missions du musicien intervenant

Une mission éducative et une mission de développement culturel
Le musicien intervenant sait avant tout mettre ses compétences au service des enfants et des professeurs des écoles, lieu privilégié de l’éveil et de l’accès à la culture pour tous. Musicien et acteur du développement culturel territorial, il sait aussi initier des projets artistiques, encadrer les pratiques amateurs, développer des partenariats avec diverses structures.
Le musicien intervenant est une personne ressource sur son territoire. Intégré à l’équipe d’enseignants-musiciens des écoles de musique, ou salarié d’une association ou d’une collectivité, il contribue à un enseignement partagé de la musique en intervenant essentiellement à l’école maternelle et élémentaire ou à l’école de musique. Il inscrit son action dans le cadre d’une politique culturelle territoriale en intervenant aussi, selon les besoins et ses centres d’intérêt, dans les maisons de quartier, les associations culturelles, les crèches, les hôpitaux, les centres socioculturels, les scènes locales, les orchestres en région, etc… en lien avec les équipes d’encadrement.
Son action se conçoit dans le cadre d’un projet territorial d’éducation artistique où enseignement spécialisé, éducation, pratiques amateurs, diffusion, création se développent en cohérence au profit du plus grand nombre de citoyens et de la diversité esthétique.

 

2 / Le D U M I

À l’issue de la formation, il est délivré le Diplôme Universitaire de Musicien Intervenant ( DUMI ) aux étudiants qui ont satisfait aux modalités d’évaluation. Le DUMI est le seul « diplôme d’université » qui ait valeur de diplôme national, reconnu à la fois par le Ministère de l’Education Nationale, le Ministère de la Culture, le Ministère de la Fonction Publique. Le DUMI est l’unique diplôme habilitant à l’intervention musicale à l’école ( décret 88-709 du 06.05.1988 )
Les étudiants bénéficient de tous les avantages attachés au statut d’étudiant à l’Université ( Crous, sécurité Sociale, mutuelle, bourses,etc. ).

 

3/ Un statut

Si le terme est récent, la profession est ancienne : dans les grandes villes et les secteurs ruraux, des musiciens d’origines et de qualifications diverses ont souvent été employés par des municipalités ou des associations pour intervenir en milieu scolaire. Ils ont été les précurseurs de ce métier qui bénéficie depuis 1984 d’une formation professionnelle à l’initiative conjointe des Ministères de la Culture et de l’Education Nationale.
Cette reconnaissance nationale implique un niveau de qualification, un élargissement des compétences et une prise de conscience des enjeux plus importants que par le passé.
Exiger le DUMI pour toutes les activités d’animation, d’éducation et d’enseignement musical est une garantie de qualité d’intervention et d’adéquation entre les politiques culturelles et les publics.
La profession de musicien intervenant titulaire du DUMI relève du statut de la fonction publique territoriale. Son cadre d’emploi et sa grille indiciaire sont ceux d’un « Assistant spécialisé d’enseignement artistique » (décret 91-859 du 02.09.1991), tout comme les titulaires du DE ( Diplôme d’État de professeur de musique ).
Les emplois de « dumistes » sont également possibles dans le cadre du statut associatif, ils relèvent alors du cadre d’emploi de professeur.

 

4/ Insertion Professionnelle

(…) Si les maires ont dans l’ensemble assez facilement ouvert des emplois aux dumistes, c’est que ceux-ci s’inscrivaient dans l’évolution des politiques culturelles. Ils venaient traduire en actes de nouvelles attentes exprimées par nos concitoyens : le souhait de voir les enfants bénéficier d’une réelle éducation artistique à l’école, comme l’élément de construction de leurs compétences et de leur personnalité, l’aspiration à pouvoir se situer en tant qu’acteur, y compris dans le domaine de l’art et non plus seulement en tant que spectateur. Ces nouvelles politiques culturelles, qui intègrent sensibilisation, éducation, formation, accompagnement des initiatives et des pratiques, création et diffusion, ont besoin de professionnels qui se situent à l’articulation de l’acte artistique et de sa médiation, qui favorisent ce passage de la posture de spectateur à celle d’acteur. Les musiciens intervenants remplissent cette mission. De plus, ils mettent en œuvre une transversalité entre les institutions : Éducation Nationale, services et institutions artistiques et culturels, associations; dont le lien social a particulièrement besoin. (…)

extrait du « Regard sur la fonction du musicien intervenant – Projet de licence d’artiste intervenant »
de Guy Dumélie – Vice Président de F.N.C.C.

 

La situation de l’insertion professionnelle est bonne pour les dumistes, dans un contexte où l’emploi est difficile presque partout.
Les a priori ont la vie dure et beaucoup de personnes pensent que les métiers artistiques sont particulièrement précaires.
Pourtant l’emploi est bien là, avec un fort potentiel de développement compte tenu du nombre de dumistes sur le territoire.
Tout n’est pas très facile pour autant : l’emploi est assez inégal selon les régions et il peut être difficile de structurer un temps plein dans un seul lieu. De la même façon, la titularisation, passant par un concours du cnfpt (fonction publique territoriale) peut prendre du temps.
Bref, il faut être prêt à bouger et à se mobiliser pour consolider sa situation professionnelle (comme dans la plupart des métiers aujourd’hui).
Le métier de dumiste est très divers. Les profils de postes varient beaucoup et il est possible de se construire une activité relativement « sur mesure » . Il est également souvent possible d’avoir des à-côtés (productions artistiques par exemple) pertinents dans ce métier.