Contenu Nb d’heures Crédits ECTS Coef.
Lecture et traitement des sources II : les choses

Actualité et valorisation de la recherche

24h CM

20h travail personnel

9 1

 

Lecture et traitement des sources II : les choses – H4MX202M

Initiation à la lecture et à l’analyse des images, des sources matérielles et textuelles dans une perspective interdisciplinaire

 

Harmony Dewez, Nicolas Prouteau, Sébastien Biay

  • Harmony Dewez (8h)

On pourrait penser que l’historien, si fortement associé à l’étude des textes, est bien éloigné des “choses” de la vie quotidienne. Pourtant, la matérialité tient une place importante dans son travail, à plusieurs égards. Bien entendu, l’étude de ce que l’on appelle la “culture matérielle” fait partie du rôle des historiens, mais celle-ci ne peut être appréhendée que par l’étude de documents qui posent chacun leurs propres problèmes d’interprétation : il faut donc s’interroger sur ce que les “sources historiques” peuvent nous apprendre des réalités de l’époque, mais également sur ce que nous ne pourrons jamais connaître avec certitude. D’autre part, les “sources” des historiens ont leur propre matérialité : rouleau, codex, inscription ; parchemin, papier, pierre… Ces dernières décennies, l’étude de la matérialité du support et des écritures, à travers la codicologie, la paléographie, et la “scripturalité” des manuscrits, ont profondément renouvelé notre compréhension des œuvres et des outils documentaires du passé. Ce cours s’attachera à explorer ces deux aspects du rapport des historiens aux “choses”.

  • Nicolas Prouteau (8h)
  • Sébastien Biay (8h)

 

Actualité et valorisation de la recherche – H4MX203M

Émilie Kurdziel (resp.)

La sensibilisation à l’actualité et à la valorisation de la recherche proposée dans le cadre de l’UE 1 s’effectue d’une part par la découverte des axes de recherches du laboratoire et l’assistance à des colloques, journées d’études ou autres manifestations scientifiques ; d’autre part par la création et l’animation en M1 d’un Carnet de recherche du master, co-animé par les étudiant.e.s, sur lequel seront proposés des compte-rendu de conférences, interviews de chercheurs, résumés critiques d’ouvrages récents, etc. Conçu comme un projet tutoré, le Carnet de recherche donnera lieu à plusieurs séances encadrées au fil du semestre, qui feront intervenir pour certaines des professionnels de la communication numérique ou de la vulgarisation scientifique (journalistes scientifiques, etc…).

La validation des crédits correspondant à ce module implique :

  • Participation obligatoire à deux manifestations scientifiques (colloque, journée d’étude et/ou conférence organisées par le CESCM, la médiathèque ou un autre laboratoire).
  • La participation active à la création et à l’animation du carnet de recherche, qui sera sanctionnée par la rédaction d’au moins un texte mis en ligne (il pourra être écrit à plusieurs mains).

 

 

Contenu Nb d’heures crédits ECTS Coef.
3 séminaires au choix dans la liste 3 × 18h CM 9 1

 

L’étudiant.e choisit 3 séminaires dans cette liste

Lettres II – H4MX207M

Pierre-Marie Joris : L’amour la poésie. La lyrique courtoise des troubadours et des trouvères : ses genres, son interprétation (voix et musique), le sens de son érotique, et son rayonnement européen.

Des troubadours aux trouvères, de Guillaume dit le Troubadour – comte de Poitiers – à Thibaut de Champagne, via l’Italie (Dante et Pétrarque, les Siciliens), l’Allemagne (les Minnesänger), l’Angleterre (John Gower…), l’Espagne et le Portugal, nous aborderons la poésie lyrique amoureuse dans la variété des formes littéraires* qui lui donnent corps, dans son imaginaire amoureux comme dans ses dimensions vocale et musicale. On n’exclura pas non plus d’évoquer la réception moderne de cette lyrique, inventivement conjuguée au présent**, ni ses relations avec la « chanson populaire » voire son impact sur la variété contemporaine.

* Chanson, chanson d’aube, pastourelle, salut d’amour, jeu-parti, serventois – poésie engagée, etc.

** E. Pound, C.-A. Cingria, J. Bousquet, S. Merwin, J. Roubaud, S. Pey, A. Maalouf/K. Saariaho, J.-P. Bobillot/S. Nève, etc.

 

Histoire II – H4MX204M

H. Dewez, E. Kurdziel, L. Malbos : Les hommes face à leur environnement : naturel et supranaturel.

Comment les hommes et les femmes du Moyen Âge, concevaient-ils le monde naturel qui les entourait et par quels biais s’efforcèrent-ils de le maîtriser ? Quelles interprétations faisaient-ils, de l’Italie à la Scandinavie, voire jusqu’au continent américain, des phénomènes climatiques extrêmes ou des catastrophes naturelles (grêles, éruptions volcaniques, éclipses…) auxquels ils étaient confrontés ? De quelle manière s’efforcèrent-ils de dompter leur environnement, et de le modifier pour en faire un usage rationnel et en tirer tous les fruits ? Mêlant les approches disciplinaires et les espaces géographiques, le séminaire s’inscrit à la croisée des récents travaux en histoire environnementale et du climat, de l’histoire sociale et économique et de l’histoire des représentations, voire des sciences. À travers trois dossiers, il s’agira d’interroger la relation entretenue entre les hommes et le monde naturel (ou surnaturel), en mettant en perspective l’approche d’écologie sociale adoptée par certains historiens anglo-saxons (R. Hoffmann).

 

Histoire de l’art II – H4MX205M

Marcello Angheben : Les fonctions liturgiques et dévotionnelles des images : les exemples de la Crucifixion et de l’Imago pietatis

Si les chrétiens ont longtemps hésité à représenter la Crucifixion, le thème s’est très largement répandu à partir du IXe siècle sur des supports très divers. Elle peut revêtir des sens et des fonctions multiples, renvoyant très fréquemment à la liturgie eucharistique et à la dévotion. Ces deux sens complémentaires seront abordés à propos des images figurées sur le décor des autels, dans la peinture monumentale, le vitrail, l’orfèvrerie et, pour finir, sur les retables de la fin du Moyen Âge. À partir du XIVe siècle, ces retables sont progressivement gagnés par le thème de l’Imago pietatis, le Christ mort dressé dans son tombeau, qui revêt en champ sémantique et fonctionnel tout aussi étendu que la Crucifixion et tend souvent à la remplacer. Seront alors abordés la dialectique entre ces deux thèmes et le rôle croissant de la dévotion à la fin du Moyen Âge.

 

Archéologie médiévale II – H4MX206M

  • Guillaume Saint-Didier : Le fer, entre sources écrites et archéologiques (9h).

Le Moyen Âge est une époque charnière pour l’économie du fer : la fin de la période voit se développer un nouveau procédé de fabrication du métal qui supplantera progressivement le procédé traditionnel. L’activité métallurgique, la fabrication du métal, comme sa mise en forme, peuvent être appréhendées à travers des sources variées et complémentaires, écrites ou archéologiques qui apportent chacune un éclairage différent.

  • Vincent Michel : Les arts de l’Islam au Moyen Âge (9h).

Le séminaire présentera un panorama de l’architecture islamique médiévale et des arts de l’Islam

 

Contenu Nb d’heures Crédits ECTS Coef.
Aide à la rédaction du mémoire

Mémoire et soutenance

2 outils au choix dans la liste

12h TD + 3h TD

Travail personnel

2 × 18h TD

6 3

 

Aide à la Rédaction du mémoire – H4MX208M

Harmony Dewez (12h) + 3h dans la discipline

Le travail de master représente, pour l’étudiant.e, une sorte de défi nouveau : celui de transformer une recherche personnelle en un mémoire composé et rédigé selon des normes académiques. Le cours propose donc d’accompagner les étudiant.e.s dans cette démarche de longue haleine pour les aider à structurer et planifier les différentes opérations menant de l’analyse des données à leur mise en forme rédactionnelle et typographique, voire matérielle, en complément de l’accompagnement personnalisé assuré par chaque directeur de mémoire.

 

Mémoire et soutenance – H4MX209M

 

Outils

L’étudiant.e choisit 2 outils dans cette liste

  • Diplomatique – H4MX201C

Gaël Chenard : Comprendre et exploiter les formes des « actes » de la pratique.

Cet enseignement revêt certains aspects techniques (lecture des écritures médiévales, assurée par un cours antérieur de paléographie, identification de la composition d’un document, maîtrise des typologies, connaissance sommaire des archives…), mais il vise surtout à comprendre comment la mise par écrit des actions sociales, dans ce cas par des documents à valeur juridique, est un fondement des civilisations anciennes, et dans quelle mesure le système « administratif » de production et de transmission des actes (outre leur rédaction) sont des éléments fondamentaux de la connaissance historique.

 

  • Épigraphie – H4MX202C

Cécile Treffort

Le cours d’épigraphie médiévale de Master 1 propose une initiation à la lecture, l’édition, l’analyse et l’interprétation des inscriptions latines et françaises du Moyen Âge sur tout support (pierre, peinture murale, mosaïque, métal, verre, textile…). Associant approche théorique et expériences pratiques, cet enseignement unique en France est accessible à tous ; il s’adresse aussi bien aux historiens des textes ou aux philologues qu’aux archéologues et historiens d’art qui trouveront dans la source épigraphique, indépendamment de leur sujet propre de recherche, une manière originale d’aborder et de penser l’histoire, la culture et la civilisation du Moyen Âge.

 

  • Cartographie / SIG – H4MX203C

Camille Gorin

Cet enseignement, donné par un(e) topographe de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (Inrap Poitiers) spécialiste de SIG, s’adresse aux étudiant.e.s souhaitant apprendre les bases de cet outil cartographique et des bases de données. Une première partie est dédiée à l’apprentissage et la manipulation du logiciel QGIS, la seconde à la création d’un SIG en lien avec le sujet de recherche de l’étudiant.e.

 

Contenu Nb d’heures Crédits ECTS Coeff
1 Langue ancienne au choix H4MX204C (latin+langue romane ou arabe H4MX212M)

Langue vivante (anglais) H4MX213M

15 + 9 h TD (ou 18 h TD)

18 h TD

3 1

 

 

 

Crédits ECTS : 12

Le stage de Master 1 est obligatoire et doit permettre l’accompagnement de l’étudiant.e dans son projet professionnel. Sa durée est d’à peu près 2 mois. Le stage peut se dérouler dans une entreprise, une association ou un organisme public ; il peut être « filé » (poursuivi tout au long de l’année sur 1 ou 2 jours / semaine, si l’emploi du temps le permet), fractionné en plusieurs unités ou « massé » (auquel cas, il doit prendre place idéalement entre avril et septembre, après la fin des enseignements du 2e semestre).

L’évaluation se fait sous la forme d’une attestation émise par l’organisme d’accueil et d’une fiche PEC (dont le modèle est fourni par le Service des Stages) à remettre à l’équipe pédagogique. Tous les stages font l’objet d’une convention (cf site de l’UFR SHA, rubrique Stages / Insertion professionnelle).

Une réunion d’information sera consacrée au stage dans le courant de l’automne.

 


  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux